Nouvel article

BONNE SANTE ?

Il est de tradition, au moment des vœux annuels, de souhaiter une bonne santé. Plus que jamais, cette dernière, en ce début d’année 2009, est sur la sellette.

Le projet de loi « Hôpital, patient, santé et territoires » en témoigne de toute évidence.

Ce texte, médiatisé surtout par sa future réforme de l’hôpital, comporte aussi une disposition touchant la santé publique puisqu’il est prévu que « la vente de boissons alcooliques à des mineurs est interdite. L’offre de ces boissons à titre gratuit à des mineurs est également interdite dans les débits de boissons et tous commerces ou lieux publics ».

Certes, les boissons alcoolisées font des ravages meurtriers chez les jeunes (mais aussi chez les moins jeunes). Est-il pour autant nécessaire de légiférer ? N’est-ce pas plutôt le rôle des parents de mettre en garde leurs progénitures ? L’Etat doit-il se substituer à l’éducation défaillante des parents ?

Pour dire vrai, cette future prohibition témoigne d’un Etat toujours plus interventionniste : ne pas être obèse, ne pas boire, ne pas fumer, manger bio,...

Plus la société avance dans les technologies, plus le citoyen est considéré comme un mineur qu’il faut surveiller et en face duquel on érige des interdits. Que dire bientôt de celui qui aura un surpoids ? Il aura péché !

Après avoir raillé l’idéologie judéo-chrétienne du malade pécheur, s’installe lentement mais insidieusement une idéologie de la culpabilité, celle-ci étant d’origine étatique.

Le malade aura-t-il encore des droits ?