Santé et environement : un couple d’avenir !

Les problématiques environnementales n’ont jamais été autant d’actualité. Non pas que, naguère, les problèmes liés à l’environnement n’existaient pas, mais les médias ne s’en étaient pas saisis avec force.

Il est désormais de bon aloi de discuter des effets nocifs de la pollution (de l’air, de l’eau, etc), sur les êtres humains et tous organismes vivants. Des études a priori sérieuses mettent en évidence un lien entre le développement de certains cancers, ou encore des maladies neurodégénératives (Parkinson notamment), avec des facteurs environnementaux.

On ne compte plus le nombre de journaux nationaux et régionaux, de magazines hebdomadaires qui se font l’écho de problèmes environnementaux : le réchauffement climatique, les OGM, les pesticides, la légionellose, ...

Les pouvoirs publics, de leur côté, interviennent comme par exemple avec le plan national santé environnement (PNSE), élaboré en 2004 pour une période jusqu’en 2008.

L’ensemble des 45 actions fixées par le PNSE doit répondre à trois objectifs majeurs : garantir un air et une eau de bonne qualité, prévenir les pathologies d’origine environnementale et notamment les cancers, mieux informer le public et protéger les populations sensibles.

En corollaire, l’arsenal normatif n’est pas négligé : ainsi, la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique a renforcé les dispositions visant à lutter contre le saturnisme lié à l’habitat ; l’éclosion de nombreux arrêtés sur les tours aéroréfrigérantes ; ...

Les instances communautaires ne restent pas non plus sans rien faire : l’élaboration du règlement européen REACH en est une preuve éloquente.

Toutes ces normes juridiques sont évidemment nécessaires, pour autant elles ne seront pas suffisantes, en l’absence d’évolution des mentalités.

Santé et environnement sont deux biens précieux et dégrader l’environnement c’est à terme altérer la santé. C’est dire que la santé et l’environnement doivent rester un couple uni, car une désunion ne profiterait ni à l’un ni à l’autre.